Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce qui change :

Aujourd’hui, 123 points sont vérifiés sur une voiture soumise au contrôle technique automobile (CTA). La procédure, qui dure une quarantaine de minutes en centre agréé, permet de détecter 453 défaillances potentielles.

Dès le 20 mai, le nombre de points de contrôle va augmenter : dix points supplémentaires seront vérifiés, soit 133.
Pour dépister 610 défaillances.

Le nouveau contrôle technique sera ainsi bien plus restrictif. Désormais, ce ne sont plus deux catégories de défauts qui peuvent être mentionnées sur le rapport de CTA, mais trois.

 

1. Les défaillances dites « mineures », au nombre de 139 : elles sont simplement signalées, mais n’entraînent pour l’automobiliste aucune obligation. de réparation

 

2. Les défaillances « majeures » (340) : elles, entraînent une contre-visite. Comme auparavant, l’automobiliste a deux mois pour présenter à nouveau son véhicule au centre.

 

3. Les défaillances qualifiées de « critiques » : elles sont 127 et c’est la grande nouveauté de la réforme. Elles présentent un danger immédiat pour soi et pour les autres. L’automobiliste disposera toujours du délai de deux mois pour faire constater les réparations qui s’imposent. Mais il ne pourra plus circuler au-delà de 24 heures après le contrôle technique.

 

Une vignette apposée sur le pare-brise fera foi du contrôle. S’il prend tout de même la route, il s’expose à une amende de 135 euros. La même que celle qui sanctionne l’absence de contrôle technique valide.

 

Enfin, la contre-visite sera plus longue, car plus stricte. Et elle sera payante.

Les nouveaux tarifs :

Le CTA passera de 68 euros actuellement à 70, 75 maximum.
Le grand changement, c’est que la contre-visite, jusqu’alors gratuite, sera désormais facturée entre 10 et 20 euros. »

 

Pour en savoir plus : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12573?xtor=EPR-100

Tag(s) : #Consommation, #INFOS PRATIQUES, #Transports